Evidence du sens : la chronique de la Loi du Principe

Auteur et conférencier international, Jean-philippe Brébion a développé le concept original de Bioanalogie, laquelle propose des outils qui rendent réaliste et concret l’éveil de la conscience. Son best-seller « L’Empreinte de naissance » (Éd. Quintessence) est devenu une référence dans le domaine du développement personnel. Dans « L’évidence » (Éd. Dauphin Blanc), il énonce la Loi du Principe qui conduit à un constat qui transforme radicalement et définitivement notre relation aux événements qui nous touchent.
contact[at]bioanalogie.com (remplacez [at] par @) – www.bioanalogie.com

Le système immunitaire comme vous ne l’avez jamais vu…

Bioanalogie
Jean-Philippe Brébion, créateur de la Bioanalogie

 

Dans cet article, je souhaite aborder le système immunitaire avec l’approche de la Bioanalogie, selon la Loi du Príncipe.

J’ai parcouru différentes documentations afin de trouver une définition simple de ce système qui puisse nous éclairer sur son énergétique générale.

Toutes s’accordent sur le fait qu’il s’agit avant tout d’un système de défense.

Sur le plan de la biologie, c’est juste : pour l’animal – dont notre biologie est issue, il s’agit d’assurer la survie de l’espèce. Donc, pour conserver les trois paramètres de la survie – territoire, alimentation, descendance – il doit se défendre du monde extérieur.

Ainsi le système immunitaire permet à l’organisme de se défendre contre ce qu’il considère comme un agresseur extérieur.

Cependant, le fait de poser comme premier élément dans la définition que le système immunitaire est un système de défense ne me satisfait pas totalement.

En effet, cela entretient l’idée qu’il y a « nous » et « un monde extérieur », et que ce dernier étant dangereux, il faut s’en protéger.

On l’a vu, c’est tout à fait juste sur le plan animal, mais en tant qu’être humain cela nous maintient dans la dualité – nous et le monde extérieur – et donc ne nous permet pas d’accéder à notre véritable dimension spirituelle.

Cette vision duelle est celle de l’ancien paradigme où l’homme met la vie « en dehors de lui » et, par conséquent, se situe lui-même en dehors de la vie.

L’approche de la Bioanalogie est celle du nouveau paradigme de l’approche quantique et de la réalisation de soi.

Elle n’est ni causale ni duelle et considère que nous sommes un univers unique qui est la Vie. Ce qui signifie que cet univers est une relation entre notre corps et l’extérieur.

C’est dans la définition publiée sur Wikipedia que j’ai trouvé deux points supplémentaires qui me paraissent traduire véritablement le sens le plus juste du système immunitaire :
« Le système immunitaire d’un organisme est un système biologique constitué d’un ensemble coordonné d’éléments de reconnaissance et de défense qui discrimine le soi du non-soi (…) ».

À mon sens, ces deux termes associés : « reconnaissance » et « discrimination du soi et du non-soi » sont parfaits pour la compréhension du Principe, lié au système immunitaire.

D’autant que si l’on poursuit la lecture de l’article, on trouve :
« …. Il est hérité à la naissance, mais autonome, adaptatif et doué d’une grande plasticité ; il évolue ensuite au gré des contacts qu’il a avec des microbes ou substances environnementales étrangères au corps. (…) ».

Ces éléments nous permettent de développer quatre causes de l’affaiblissement de notre système immunitaire.

• La reconnaissance et la discrimination du soi et du non-soi.

Dès que nous nous comparons, que nous cherchons une valeur ou une justification à l’extérieur de nous, c’est-à-dire une validation à ce que nous sommes, nous mettons la vie en dehors de nous, en nous identifiant à une référence qui n’est pas nous. Nous ne sommes plus dans la reconnaissance de ce que nous sommes et nous ne différencions plus le soi du non-soi, puisque nous mettons le soi dans un objet extérieur nommé « valeur », « reconnaissance », « justification », etc.

Jean-Philippe Brebion

• Il est hérité à la naissance.

Il est donc tel qu’il est et ne peut être autrement.
Pouvons-nous avoir un autre passé que celui que nous avons ? Non, car alors, ce ne serait pas nous, mais une autre personne !

Ainsi dès que nous voulons un autre constat que celui qui est – dès que nous voulons une autre histoire que celle de notre naissance – nous épuisons notre système immunitaire.

Prenons le cas exemple d’un enfant ni attendu ni désiré. Dans son inconscient biologique de survie, il va vouloir correspondre à ce que l’on attend de lui pour « réparer » l’émotionnel de ses parents.

Il évolue ensuite au gré des contacts … et de son environnement.

Donc, notre système immunitaire est acquis au moment de la naissance, il ne peut pas être autrement que ce qu’il est, mais il évolue.

Et cette évolution se fait par l’expérimentation.

Expérimenter, signifie avant tout ne pas chercher un « résultat ». Et surtout, ne pas chercher à « survivre ». En effet, lorsque nous suivons une voie déjà tracée, lorsque nous restons attachés à des conventions, des habitudes, des rituels, nous « survivons » et nous affaiblissons notre système immunitaire.

Expérimenter, c’est goûter avec tous ses sens et se laisser oeuvrer par la rencontre.

• Ce système est autonome.

Cela signifie qu’il n’a besoin d’aucune aide extérieure : il se suffit à lui-même.

Appliqué à la véritable dimension de l’homme – la conscience – cela se relie au fait qu’il n’y a qu’un seul univers : nous-même. Et donc que la seule et unique vérité que nous nous devons de respecter est celle qui est issue de notre expérimentation. Ceci, dans la mesure où nous ne cherchons pas à modifier l’extérieur, sinon nous épuisons notre système immunitaire.

En résumé, le système immunitaire se relie à se reconnaître à chaque instant dans ce qui est « soi » et ce qui n’est « pas soi », en se respectant dans sa vérité, issue de sa propre expérimentation.

Autrement dit, il s’agit de l’invitation à se respecter dans ce qui est soi ; d’expérimenter la vie sans objet, ni recherche de reconnaissance ; dans la certitude que la seule et unique condition dans laquelle nous pouvons être en paix est de ne pas vouloir un autre constat que celui que nous faisons ; tout en respectant ce que nous avons expérimenté et qui est la seule et unique référence que nous devons avoir.

Remerciements

Pendant 7 ans, j’ai eu le privilège d’avoir une chronique mensuelle dans la revue Néosanté et je remercie vivement Yves Rasir de m’avoir invité. Ceci m’a permis de vous partager plus de quatre-vingt articles qui vous ont fait découvrir l’approche de la Bioanalogie et la Loi du Principe, inlassablement exprimée. Les invitations de la vie me proposent de passer à autre chose et c’est pourquoi cette rubrique s’arrête avec ce numéro. Je ne vous quitte pas définitivement, car je reviendrai ponctuellement vous proposer quelques thèmes de réflexion. Vous aurez le plaisir de découvrir une nouvelle rubrique rédigée par un médecin très engagé dans l’approche psychosomatique, le Dr Pierre-Jean Thomas-Lamotte. Je vous remercie de votre fidélité et je vous souhaite de continuer de vous ouvrir à une nouvelle conscience de la santé. De tout coeur.

Jean-Philippe Brébion

 

Ligne éditoriale du magazine néosanté

Les Éditions Néosanté sont indépendantes de tout pouvoir politique ou financier et libres de toute attache avec un quelconque mouvement philosophique ou religieux. Ne bénéficiant ni de subsides ni de rentrées publicitaires, nous finançons nos activités avec le produit des abonnements, la vente de la revue au numéro et la commercialisation de livres compatibles avec notre approche de la santé. Celle-ci repose principalement sur les recherches du biologiste Henri Laborit et sur les découvertes du médecin Ryke Geerd Hamer, lesquels ont mis en lumière l’origine conflictuelle et le sens biologique des maladies. Selon ce nouveau paradigme médical, ces dernières ne sont pas des erreurs de la nature mais, au contraire, des solutions de survie déclenchées par le cerveau inconscient en réponse à des situations de stress. Avec les méthodes naturelles de prévention et les techniques thérapeutiques considérant l’être humain dans sa globalité, la divulgation de ce processus vital représente l’axe majeur de nos objectifs éditoriaux.

 

Retrouvez les autres articles du mois sur www.neosante.eu

 

 

Partagez !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    2
    Partages
  • 2
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *